x

    J'accepte de recevoir des informations commerciales

    OBLIGATIONS COMPTABLES D’UN TRAVAILLEUR INDÉPENDANT?

    Quelles sont les obligations comptables d’un travailleur indépendant?

    Il est courant de voir comment certains pigistes préparent leurs impôts à partir de la simple somme de leurs listes de factures (émises et reçues), puis remplissent et calculent simplement le modèle du Trésor avec les résultats obtenus. Même certaines agences agissent de la même manière. Mais l’autonome a-t-il des obligations comptables? Comment devez-vous préparer votre comptabilité?

    Le travailleur indépendant a l’obligation de préparer un livre quotidien chaque année, clairement, par ordre de dates et en euros. Vous ne serez pas obligé d’enregistrer ce livre dans un registre du commerce ou de rendre vos comptes publics, mais l’Agence d’État de l’administration fiscale (AEAT) peut l’exiger à tout moment, non seulement celui de l’année en cours, mais ceux des quatre années immédiatement précédent.

    Le délai de résiliation du livre quotidien n’est pas strict, mais il est recommandé de le terminer dans les 4 mois suivant la clôture de l’exercice comptable. En tout état de cause, l’obligation de soumettre des déclarations fiscales nécessite une mise à jour trimestrielle des registres comptables.

    Le modèle de taxation directe simplifiée nécessitera également la préparation des livres de factures émises, des factures reçues, des biens d’investissement et de certaines opérations intracommunautaires, dont nous avons déjà parlé dans un autre article de blog. Ces livres permettent une ventilation claire de la TVA payée sur vos achats et de l’impact sur vos ventes, facture par facture des fournisseurs comme des clients. Le registre d’enregistrement des immeubles de placement permettra la régularisation des déductions pour ce concept. Le livre des opérations intracommunautaires déterminera également avec précision les livraisons et les acquisitions au sein de l’UE, facture par facture.

    Tous les livres exigés des travailleurs indépendants par le Trésor doivent refléter, sans exception, le numéro de facture, la série, la date d’émission ou de réception, le nom, le prénom, la raison sociale et le NIF de tous les fournisseurs et clients. Ils doivent également ventiler l’assiette fiscale, la TVA facturée ou supportée et préciser si celle-ci est soumise au régime spécial des critères de caisse. Dans le cas où la facture a différents types de TVA, toutes les bases imposables et les différents types de TVA doivent être clairement ventilés et coïncider avec la facture totale.

    Le registre d’enregistrement des immeubles de placement doit contenir les actifs acquis par les travailleurs indépendants et qui, en raison de leur nature et de leur coût, l’administration fiscale considère qu’ils ne sont pas une dépense, mais un investissement, c’est-à-dire qu’ils ne seront pas consommés au cours de l’exercice, et par conséquent, la déduction doit être calculée au prorata dans plusieurs exercices.

    Aucun de ces livres comptables ne devra non plus être enregistré dans un registre.

    Oui, nous devons toujours demander à notre agence ou des conseils qu’à la fin de l’exercice nous envoyer tous ces livres, car nous devons les conserver pendant au moins cinq ans au cas où l’administration fiscale les exigerait à tout moment.

    Les indépendants qui paient des impôts par le biais d’une estimation directe simplifiée ou normale ne sont pas tenus de comptabiliser les paiements et les encaissements et les banques, à l’exception du fait qu’ils sont soumis aux critères de trésorerie. Il n’est pas nécessaire que les livres comptables prennent le contrôle de tous les comptes bancaires.

    Néanmoins, il est fortement recommandé d’avoir un compte uniquement pour l’entreprise, qui n’est pas mélangé avec le compte personnel. Dans le cas d’un contrôle fiscal ou d’un contrôle, bien que le Trésor n’exige pas la ventilation des comptes bancaires en comptabilité, il peut exiger la contribution de tout ou partie des mouvements de tous ceux qui sont au nom du travailleur indépendant, notamment dans le cas du l’utilisation d’un tpv, ils doivent donc, dans tous les cas, clarifier et coïncider avec le revenu déclaré.